publicité

Quels sont les réseaux sociaux que les pros devraient explorer


Technologie : Après les scandales Cambridge Analyctica et Alex Jones, les réseaux sociaux traditionnels — comme Facebook ou Twitter — ont mauvaise réputation. À l’heure où Google France a fermé sa page Google+, voici cinq réseaux moins connus qui valent le détour, même quand on est un pro.

En tant qu’entreprise ou qu’indépendant, vous avez votre page Facebook, vos comptes Instagram, Twitter et Snapchat pour échanger avec vos partenaires et vos clients et pour vous faire connaître, ou encore vers LinkedIn pour trouver de nouveaux prospects et employés. Mais de scandale en scandale, les réseaux sociaux traditionnels n’ont plus la côte. Vers qui se tourner ? Voici cinq solutions, décentralisées ou non, à suivre.

Skiller, le plus vieux des réseaux montants

À la manière de Quora, réseau social qui a commencé par mettre en relation experts et internautes par le biais de questions/réponses avant de dériver vers un grand service de discussion multilingue, Skiller se veut une bourse aux compétences entre professionnels, et organise son mur principal à l’aide de questions et réponses.

 

Comme souvent pour s’inscrire à ce réseau, il faut passer par un autre réseau social à savoir Facebook, Twitter ou LinkedIn. Lancé début 2015, ce réseau reste très franco-français, même s’il y a de plus en plus de questions et réponses en langue anglaise et si son audience croit régulièrement, sans perte d’orientation pour l’instant.

En savoir plus sur le site de Skiller

Mastodon, le phare des décentralisés

Vendu régulièrement comme un anti-Twitter, Mastodon est le réseau social phare lorsqu’on parle de décentralisation. Ici, chaque utilisateur va choisir son instance (c’est à dire le salon de discussion où discuter en premier) puis envoyer des messages de 500 signes. Les instances sont liées entre elles en fonction des politiques d’accès choisis par leurs propriétaires, ainsi il est possible de discuter avec l’ensemble de la communauté.

 

Et de suivre les discussions au niveau de ses contacts, au niveau local (l’ensemble des membres de l’instance) ou global (l’ensemble des instances jointes à la sienne). À la différence de Twitter, il est possible de paramétrer la confidentialité message par message et d’ajouter un avertissement. Du coup, si les particuliers sont présents sur Mastodon, les professionnels comme Libération ou Walmart s’y mettent aussi, et certains établissements publics comme Etalab ont leurs instances. À suivre...

En savoir plus sur le site de Mastodon

PixelFed, Instagram décentralisé

Instagram appartenant à Facebook, Flickr ayant été revendu à SmugMug une compagnie spécialisée dans le commerce de photos, et Picasa ayant été abandonné par Google, les photographes amateurs et professionnels voulant garder une certaine indépendance étaient dépourvu de solution. C’était sans compter sur PixelFed, une solution de partage de photos décentralisées (sur le même principe que Mastodon) où chaque photographe choisit son instance où poser ses photos, les taguer et où les visiteurs peuvent les commenter et les repartager, y compris sur les autres réseaux décentralisés comme Mastodon ou Peertube.

 

De plus, il est possible d’importer ses photos en provenance d’Instagram. Le logiciel est encore en mode alpha, mais les instances s’ouvrent de façon quotidienne.

En savoir plus sur le site de PixelFed

Peertube pour la vidéo

Peertube est un logiciel d’hébergement vidéo reposant sur un système de peer to peer permettant à chaque ordinateur diffusant des données de devenir un membre de l’échange global de ces dernières. Plutôt réservée aux bidouilleurs pour l’instant, l’application lancée dans sa version bêta depuis mars 2018 permet aussi d’intégrer vos vidéos encodées sur cette dernière.

 

Suite à la campagne de crowdfunding lancée par Framasoft pour financer l’évolution de l’application, le système est plus stable que début juin, et de plus en plus de conférences techniques l’utilisent pour diffuser les présentations de leurs intervenants.

En savoir plus sur le site de Peertube

SlideShare, dédié aux présentations

Certes depuis 2012, SlideShare appartient à LinkedIn et donc par extension à Microsoft. Toutefois, de par sa spécialisation — le partage de présentation PowerPoint, PDF, OpenDocument format ou autre — il mérite qu’on s’y attarde un peu.

 

En effet, ce réseau a pour but de partager, d’héberger et de rendre public tout type de documents professionnels jusqu’à 100 Mo. C’est également pour le visiteur un excellent moyen de connaître l’état de l’art dans un domaine particulier, comme l’intelligence artificielle, aussi bien d’un point de vue scientifique que business.

En savoir plus sur le site de SlideShare

A lire aussi :

Zuckerberg ou Sandberg : de qui Facebook devrait-il se désinscrire en premier ?

Opinion : Une enquête dévastatrice du New York Times révèle un Facebook dans lequel ses deux hauts responsables se...

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

Connectez vous ou Enregistrez-vous pour commencer la discussion
publicité