publicité

En attendant les Macs : quatre scénarios pour les nouveaux ordinateurs d'Apple


Technologie : Depuis près d'un an, David Gewirtz se plaint. Il a besoin d'un nouvel ordinateur. Et cet après midi, lui - et tous les autres utilisateurs de Mac - devraient connaître les nouvelles options d'achat. De quoi enfin faire le bon choix ?

Attendre. Les utilisateurs de Windows n'ont pas ce problème. Si un utilisateur Windows veut une nouvelle machine, les possibilités sont infinies, y compris la personnalisation de ce qui est exactement nécessaire. Cela ne veut pas dire que Windows est parfait. Parfois, il supprime des fichiers pour célébrer ses mises à jour. Mais sinon, au jeu du choix, en passant par le coût et les applications Office 365 plus complètes, Windows est gagnant.



Et pourtant, mes machines principales sont des Macs. C'est une question de logiciel. Il existe sur Mac des outils de gestion des médias qui me font gagner un temps considérable. Final Cut Pro X en est le plus grand exemple. Il ne crashe presque jamais. Et quand j'ai utilisé Premiere Pro, il a planté constamment. C'est quand il s'est fermé sans que je le veuille plus de 100 fois pendant la production d'une seule vidéo de huit minutes, je suis passé à Final Cut et je n'ai jamais regardé en arrière.

Dans l'ensemble, j'économise des jours d'efforts chaque semaine en utilisant des applications qui ne fonctionnent que sur Mac. Le seul problème est que mon iMac principal, qui était une bête de course en 2013, ne peut pas supporter la charge aujourd'hui, surtout quand il s'agit de montage vidéo 4K multi-caméras.

Cela fait plus d'un an que j'attends pour acheter un nouveau Mac. Si j'utilisais Windows, j'aurais simplement acheté ou construit la machine dont j'avais besoin. Il n'aurait pas fallu attendre. Mais parce qu'Apple s'est montré réticent à mettre à jour ses modèles Mac, j'ai dû attendre, comme beaucoup d'autres qui s'appuient sur des logiciels Mac spécifiques.

Tout cela change aujourd'hui. Aujourd'hui, nous saurons ce qu'Apple va faire pour le Mac. Sauf pour le Mac Pro, bien sûr. Mais je ne me vois pas acheter un Mac Pro. L'iMac Pro se monnaye à 5.000 $ en entrée de gamme, donc je suppose que le nouveau Mac Pro sera encore plus cher. Et je ne peux pas attendre 2019. J'ai besoin d'une nouvelle machine maintenant.

Quand l'annonce d'Apple sera faite, j'aurai pris ma décision. Voici les quatre scénarios en lice pour faire le bon choix.

Option 1 : un MacBook 2018 avec station d'accueil et moniteur

Le MacBook Pro 2018 de 15 pouces, en version i7 ou i9, peut répondre à mes besoins. Le 32 Go de RAM est maintenant disponible, ce qui est le minimum dont j'ai besoin. La machine prend également en charge une GPU externe et des résolutions d'écran plus importantes que mon ancien iMac.

Mais je ne veux pas vraiment un autre portable. Je ne suis pas ravi par la gestion du refroidissement. C'est très cher. Et il n'y a pas d'autres ports natifs que le port USB-C. Et je n'aime vraiment pas faire passer Ethernet par un dongle.

Certes, le nouveau MacBook Pro, je pourrais vivre avec. Mais je ne veux pas vraiment trouver un endroit pour ranger un portable sur mon bureau, et je paierais pour un écran que j'utiliserai rarement. Ajoutez le prix d'un moniteur ultra-large ou super-ultra-large et d'une GPU externe, et cela devient une option extrêmement coûteuse.

Option 2 : le nouvel iMac 2018

Nous ne savons pas si un nouvel iMac va sortir. Mais il y a une chance que ce soit le cas. La seule façon dont je considérerais l'achat d'un nouvel iMac maintenant, c'est si l'écran était ultra-large. Si je devais acheter un iMac et y ajouter un écran ultra-large, je devrais trouver un moyen de gérer mon écran existant.

Malheureusement, l'iMac est beaucoup trop lourd pour les bras de moniteur traditionnels, il est donc très difficile de placer l'écran exactement dans la bonne position. Mon iMac actuel utilise le support de moniteur Ergotron MX ultra-robuste et il est tout simplement trop limité pour une utilisation confortable.

Bien sûr, l'iMac devrait également offrir au moins 32 Go de RAM. L'idéal serait que la RAM puisse être mise à niveau, mais je doute qu'Apple propose à nouveau de la RAM évolutive. En outre, je m'attend à ce que l'iMac dans la configuration dont j'ai besoin soit terriblement cher. Celui que j'ai acheté en 2013 l'était déjà.

Option 3 : un nouveau Mac mini 2018

Configuré correctement, un nouveau Mac mini serait un choix idéal. Je veux qu'il ait des ports USB-A et USB-C. Ce serait génial s'il conservait le port Ethernet, le port HDMI et le port Thunderbolt 3 (USB-C et Thunderbolt se ressemblent, mais ne sont pas les mêmes interfaces).

Comme je l'ai déjà dit, j'ai besoin d'au moins 32 Go de RAM, mais ce serait génial si le nouveau Mac mini prenait exemple sur les modèles antérieurs à 2014 et permettait une mémoire évolutive. Ce serait bien s'il avait une GPU puissante, mais j'accepterais d'ajouter une GPU externe si nécessaire.

Les Mac minis ont toujours été les Macs les moins chers d'Apple. Étant donné que les configurations iMac et MacBook Pro que j'étudie couteront près de 4.000 $ ou plus, un Mac mini moins cher serait une énorme victoire.

Option 4 : Construire un Hackintosh

Je ne veux vraiment pas emprunter cette voie, mais je commence à penser qu'à moins qu'un Mac mini ne soit disponible avec un bon rapport qualité/prix, je devrais peut-être construire mon propre Mac.

Il n'y a aucun doute que je pourrais construire une machine avec à peu près les spécifications que je veux, à un coût raisonnable. Je n'ai pas le temps pour le faire. Et l'un des avantages de mes Macs est qu'ils ont toujours fonctionné correctement. Une fois que vous entrez dans le domaine du Hackintosh, vous prenez beaucoup plus de responsabilités pour la gestion des mises à jour, la compatibilité et la résolution de problèmes obscurs.

Cela dit, c'est un vrai PC. Il est évolutif de toutes sortes de façons, donc la limitation est vraiment de savoir si la communauté Hackintosh peut suivre les changements d'Apple sur MacOS.

Lequel vais-je choisir ?

En juillet, j'ai dit que les MacBook Pros 2018 étaient praticables. Mais ce n'est pas un bon choix pour mes besoins et je déteste dépenser autant d'argent pour quelque chose qui n'est pas un bon choix. Le Hackintosh a été mon option de repli, mais cela prend beaucoup de temps et peut causer des problèmes.

J'ai même pensé à abandonner et à revenir à Windows. J'utilise des machines Windows, mais mon flux de travail prend tellement plus de temps sous Windows. L'option Hackintosh est presque cette approche, puisque je serais en train de construire une machine Windows qui tourne sous MacOS.

Il y a peu de chance que je commande un autre iMac. Le paradigme informatique monolithique tout-en-un de l'iMac a toujours été peu pratique. Je suppose que la réponse honnête est que j'espère un Mac mini à prix raisonnable, mais assez puissant. Le Mac mini (j'en ai quatre) a toujours été la machine la plus flexible pour mes besoins. Mais elle n'a jamais été assez puissante pour être ma machine principale.

Cet après-midi, on verra si ça va changer.

A lire aussi :

L'iPhone XR d'Apple ne se vend pas ? Je suis allé en magasin pour le découvrir

Meilleure vente d'Apple ou au contraire déception commerciale ? Les rumeurs courent. J'ai donc essayé d'obtenir des...

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

2 réponses
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • « Il existe sur Mac des outils de gestion des médias qui me font gagner un temps considérable. Final Cut Pro X en est le plus grand exemple. »

    Voilà le mot est lancé mais si le problème se borne à ça c’est sans doute que pour cet utilisateur il n’y a pas de travail d’équipe à effectuer car certes si FCX est optimisé pour OSX, Première l’est pour PC et d’ailleurs d’excellents autres logiciels multi plateforme comme Lightworks ou DaVinci Resolve sont entrain de se faire une place dans le monde pro et ainsi de fédérer des utilisateurs ou des équipes autour d’applications sérieuses indépendamment du matériel.
    Par ailleurs un bon matériel de montage se doit de disposer de cartes graphiques dédiées au calcul OpenCL ou CUDA or, effectivement le choix offert par Apple dans ce domaine est plus que restreint ou à des tarifs prohibitifs.
    Enfin aujourd’hui où le 4k est pratiquement la norme et le 8k entrain de faire son trou (en prise de vue), les fichiers à manipuler deviennent gigantesques et c’est là, spécialement que le gain de temps devient une gageur avec un Mac « fermé »  surtout en équipe : pas de solution FC ou réseau 10 ou 40GBaseT on est quasi obligé de transférer tout ça en ThunderBold ce qui devient un problème en milieu hétérogène alors qu’on résout tout ça sur des bases PC traditionnelles sans manipulation.
    Donc, reste le hackintosh qui résoudra tout en un tournemain pour le tiers du prix d’ailleurs beaucoup de pros y ont eu recours depuis l’abandon de FC32bits ce qui leur a aussi permis de se rendre compte qu’un PC ça fonctionne aussi bien qu’un Mac et ensuite le MacPro d’il y a 5ans a fini de les conforter sur l’erreur de continuer avec Apple.
    Il y a aussi 2 questions à poser : pourquoi Apple ne semble pas se pencher sur les nouveaux procs AMD qui font d’excellents scores en benchmarking, et la seconde si Apple présentait ses futurs PC construits à base de ses fameux procs ARM ? Peut-être pas la prochaine génération mais la suivante ?...
  • 
  • Ah finalement nouveauté sur le Mac mini : le port RJ45 serait configurable en 10 Gigalan ce qui redonnerait du crédit au modèle, par contre l'abandon du SATA au profit d'un unique port M.2 et les prix vont moins dans le sens de la souplesse qu'on pourrait attendre d'une machine "adaptable" et souple.
publicité