publicité

Quelles solutions fintech pour les autoentrepreneurs


Technologie : Quel que soit votre statut — micro-entreprise, EURL ou autre — il faut avoir un compte dédié pour cette activité. Vous pouvez vous tourner vers une banque traditionnelle ou en ligne, ou une fintech pure. En voici cinq.

Quel que soit le statut de votre nouvelle entreprise — micro-entreprise, EURL ou autre — il faut avoir un compte dédié pour cette activité. Vous pouvez vous tourner vers une banque traditionnelle, ou l’une de ses filiales en lignes (Boursorama ou Monabanq par exemple) ou faire le choix d’une fintech pure. En voici cinq qui peuvent vous intéresser.

 

Vous avez décidé de jouer la carte des start-up pour gérer les finances de votre activité professionnelle ? Pourquoi pas, les offres proposées par les fintech diffèrent de celles des banques en ligne et des banques traditionnelles par des services innovants et des prix agressifs. Même si les comptes pro sont rarement gratuits. Nous vous en présentons cinq. Avant de faire votre choix, réfléchissez bien à vos besoins. Aurez-vous à faire à une multitude de petits clients ou à quelques gros ? Ceux-ci seront-ils principalement sur le territoire français, dans toute l’Europe ou à l’international ? Vos prestations s’exercent-elles en ligne ou dans le monde physique ? Quels moyens de paiement allez-vous proposer à vos clients ? Une fois que vous connaîtrez les réponses à ces questions, vous aurez toutes les cartes en main pour faire le bon choix.

Shine, dédié aux indépendants débutants

Dès la page d’accueil, Shine propose de vous aider à créer votre micro-entreprise. Se voulant une banque 100 % en ligne (via le site Web et une application), Shine propose une MasterCard gratuite et un service d’assistance assez pratique avec notamment un rappel des échéances financières à venir, l’émission de factures et de rappels, le calcul en temps réel des taxes et cotisations à régler, etc. Et il se veut gratuit.

 

Sauf que si la carte MasterCard, les paiements et virements en zone euro sont gratuits, le reste est payant. Paiement par carte hors zone euro ? 1 €. Retrait d’argent en distributeur ? Entre 0,5 et 1 €. Se faire payer par carte bancaire ? 0,20 €. Réédition de carte bancaire ? 5 €. Gestion des irrégularités ? 10 €. Contestation d’un paiement par carte bancaire ? 20 €.

Aller sur le site de Shine

Qonto, pour toutes les tailles d’entreprises

Quelle que soit la structure choisie par votre entreprise et quels que soient le nombre de salariés qu’elle contient, Qonto se fait fort d’avoir un compte pour vous. Y compris si vous créez votre entreprise en vous autorisant à déposer votre capital à l’ouverture du compte et en vous aidant dans vos démarches.

 

Ces offres ont un coût. De 9 à 299 € par mois, avec le premier mois offert. Pour 9 €/mois, l’offre solo comprend une carte MasterCard, des paiements illimités et 20 virements SEPA pour un utilisateur. Les autres offres vont de 5 à un nombre illimité d’utilisateurs [avec différentes fonctions et différents droits d’accès], de 4 à 30 cartes MasterCard et de 100 à 2000 virements SEPA inclus.

Aller sur le site de Qonto

Anytime, les chèques en plus

Proposant des comptes personnels comme des comptes professionnels, Anytime est à notre connaissance la seule fintech acceptant un très vieux moyen de paiement encore populaire dans notre pays : le chèque. Si l’activité que vous comptez exercer implique d’encaisser des chèques, Anytime vous propose l’encaissement par site Web ou par SMS. Anytime vous propose également à la vente un terminal de paiement à 79 € pour vous faire payer dans le monde physique.

 

En revanche, cette solution n’est pas gratuite. Elle vous coûtera 9,50 € ou 19,50 € suivant si vous souscrivez l’offre standard (3 cartes MasterCard personnelles, une professionnelle, 20 virements par mois et 10 €/mois pour accéder à son conseiller clientèle) ou l’offre premium (3 cartes MasterCard personnelles, 2 professionnelles, 200 virements par mois, etc.)

Aller sur le site de Anytime, les chèques en plus

Revolut, révolution à l’anglaise

Fintech jamais à court d’idées, Revolut était surtout connue pour ses offres pour particuliers ou pour entreprises. Depuis peu, elle dispose d’une offre pour les indépendants et autoentrepreneurs baptisée Freelancer. Cette offre coûte 6,99 £ par mois (soit environ 7,99 €/mois) avec une période d’essai gratuite de 14 jours.

 

Celui-ci est destiné aux structures ayant moins de 100 000 livres de rentrée d’argent par mois, et permet de faire des dépenses dans plus de 150 devises, et de recevoir de l’argent dans 24 devises différentes. La carte business MasterCard est gratuite. En revanche, la tenue de compte annuelle s’élève à 95 € par an.

Aller sur le site de Revolut

N26, gratuit ou black

Autre fintech populaire chez les particuliers, N26 a également des offres pour le monde des affaires. Ici, seuls les autoentrepreneurs peuvent ouvrir un compte business. Toutes les autres structures légales doivent aller voir ailleurs. En pratique, les deux comptes Business : N26 Business et N26 Business Black, ne sont que des déclinaisons des comptes classiques pour particuliers du même nom.

 

À 0,00 € par mois, N26 Business permet de payer sans frais dans n’importe quelle devise, propose un cashback à 0,1 % de vos transactions et autorise 5 retraits gratuits en DAB par mois (chaque retrait complémentaire est facturé 2 €). À 9,99 € par mois, N26 Business Black y ajoute le retrait sans frais hors zone euro (facturé avec une commission de 1,7 % sur le compte classique) et une série d’assurances complémentaires (assurance des moyens de paiement et du téléphone portable, garantie des achats).

Aller sur le site de N26

A lire aussi :

Office 365 vs G Suite : Quelle suite de productivité convient le mieux à votre entreprise ?

Microsoft et Google sont engagés dans une bataille acharnée pour conquérir votre entreprise avec des suites de logiciels...

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

Connectez vous ou Enregistrez-vous pour commencer la discussion
publicité