publicité

Uber arrive à Aix-en-Provence, Avignon et Toulon


Technologie : Steve Salom, directeur général d’Uber France, a confirmé que le service VTC démarrait son activité dans trois nouvelles villes de l’Hexagone.

A partir d’aujourd’hui, les habitants d’Aix-en-Provence, Avignon et Toulon vont pouvoir faire appel aux services de chauffeurs Uber. C’est Steve Salom, le directeur général de la filiale française du groupe, qui l’a annoncé dans les colonnes du Journal du Dimanche.

“Six cents chauffeurs ont réalisé leur activité avec nous cet été dans ces trois villes et nous y avons enregistré 40 000 demandes de courses”, indique le dirigeant qui en profite au passage pour souligner la lenteur des démarches administratives pour l’obtention d’un agrément. “Devenir conducteur de VTC, c'est un parcours du combattant en France" poursuit-il. "Il faut compter de 6 à 12 mois. C'est plus long que partout ailleurs en Europe. En Suisse, par exemple, cela dépasse rarement 2 mois.”

Selon les chiffres livrés au JDD, actuellement en France, 28 000 chauffeurs Uber travaillent dans 15 villes. Steve Salom a également annoncé qu’une autre “métropole française” serait desservie d’ici la fin de l’année. (Eureka Presse) 

A lire aussi :

Uber a creusé ses pertes au troisième trimestre

Le service de VTC a enregistré 1,07 milliard de dollars de perte nette au troisième trimestre pour un chiffre d’affaires...

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

1 réponse
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • Et ça continue, Uber est quand même l'archétype de l'entreprise où le "salarié de fait" ne gagne pas grand chose, pour ne dire rien et où l'entreprise profite sans prendre aucune responsabilité. Je conçois que cela puisse rendre service à des piétons. Mais il serait surement intéressant d'analyser en détail les chiffres fournis. Là, si on prend ceux donnés cela fait une course par chauffeur par jour pendant deux mois d'été, soit entre 15 et 20 euros par jour, difficile de prétendre que cela suffise à faire vivre un chauffeur, ni même simplement à payer ses charges.
publicité